Juno - Jason Reitman

jeudi 5 mai 2011
Comédie dramatique américano-canadienne sortie en 2007

Vous savez, j'ai l'air d'un dur comme ça, mais en réalité je suis une grosse éponge. Yé oune coeur grande comme ça, et mucho amor à donner. Et une vraie madeleine, avec ça. Tout ça pour dire, j'ai revu Juno l'autre jour, et ça m'a ému tout comme la première fois. Hop, trailer :


C'est l'histoire d'une jeune américaine de 16 ans qui n'a pas sa langue dans sa poche, et qui un jour parce qu'ils s'ennuient tous les deux couche avec son ami un peu empoté. Elle tombe enceinte, et après avoir envisagé l'avortement, elle décide finalement d'avoir son enfant et de le faire adopter. En parcourant les petites annonces dans le journal, elle tombe sur le couple idéal...

Le fameux hamburger phone en action

Le film est drôle, intelligent et touchant, sans jamais donner l'impression de forcer le trait. C'est d'autant plus remarquable qu'il n'est absolument pas crédible. Jamais vu une ado qui ressemblait de prêt ou de loin à Juno, et le coup du mec qui a l'air d'être heureux dans un couple idéal mais est en vérité un grungy refoulé est tellement cliché qu'on n'y croit pas une seconde. Mais c'est pas grave. Puisque tout, de la mise en scène aux dialogues en passant par le scénario, est fait avec une telle sensibilité et une justesse de propos qu'on ne peut qu'être immédiatement conquis et rentrer dans le film à 100%.

Saluons également la performance de Michael Cera qui joue très bien l'empoté 

Et Ellen Page. Raah, Ellen Page! Pour être honnête, c'est après l'avoir vue dans Super l'autre jour que j'ai eu envie de me refaire Juno. Dieu a finit par me punir pour toutes ces années de moqueries et de condescendance de ma part vis-à-vis des fanboys/girls qui craquaient sur un(e) acteur(trice) et souriaient béatement devant leur photo en couverture des magazines (faut dire que Dieu aime assez ce genre d'attitude). Et comme le vieux barbu a le sens de l'ironie, il m'inflige la même affliction que je n'avais de cesse de railler. Ô cruelle destinée! (etc etc) Je suis maintenant condamné à acheter un énorme poster d'elle que je collerai dans ma chambre, ainsi qu'un téléphone-hamburger, et à remplir ma boite aux lettres de tic-tac orange. Et bientôt mon apart ressemblera à celui d'une groupie de tokio hotel (le jour où ça arrivera, merci d'avoir pitié et de me mettre une balle dans la tête).

Ça y est, j'ai atteint le point de non-retour

En dehors de sa portée strictement émotive, ce qui m'a beaucoup plu dans ce film c'est qu'il traite d'un sujet tout ce qu'il y a de plus sérieux (les mères adolescentes) avec finesse et sans tomber dans les gros clichés, d'un côté comme de l'autre. Je pense qu'en tant qu'européens (européens continentaux en fait, puisque l'état d'esprit au Royaume-Uni sur ce sujet est un peu plus proche de celui des USA) on peut avoir du mal à se rendre compte de l'originalité du traitement, je dirais même sa portée subversive. Il faut bien se rendre compte qu'aux USA, le phénomène des mères adolescentes fait partie des sujets de sociétés les plus importants. Rappelons que le taux de grossesses chez les filles de 15-19 ans y est de loin le plus élevé des pays développés, quasiment quatre fois supérieur à celui de la France à titre de référence (source). En plus comme vous le savez sûrement, c'est aussi aux USA qu'on trouve les opinions les plus tranchées à ce sujet (allez, juste pour rire). Remuez bien, et vous obtenez un cocktail explosif.
<3615 ma vie>Ayant moi-même été à l'école en Amérique et ayant participé là bas à des cours d'éducation sexuelle, je me souviens de l'importance qui était accordée à cette question. J'avais même eu à m'occuper pendant toute une semaine d'une espèce de poupée-robot qui pleurait à intervalles réguliers mais imprévisibles, en sorte qu'il fallait la garder constamment à côté de soi pour la "consoler" à ces moments là (notre note finale en dépendait). C'est symptomatique de l'image très négative que l'on donne aux jeunes américains de la maternité, dans le but de minimiser les risques de grossesses non prévues / désirées. D'ailleurs il y a une véritable stigmatisation sociale du phénomène, les mères adolescentes y étant extrêmement mal vues. De façon générale le film a été pour moi une vraie madeleine de Proust de mon séjour aux USA, puisque j'avais à peu près l'age de Juno à ce moment là.</3615 ma vie>
Tout ça pour dire, ça fait du bien de voir un film (canado-)américain qui traite de ce sujet sans complaisance, mais de façon intelligence et sans tomber dans les clichés. A noter que le film a créé un mini scandale aux USA à sa sortie, justement à cause de cela, quelques agités du bocal s'étant mis en tête qu'il s'agissait là un pamphlet pro-vie, d'autres que le film présentait une vision romantique et angélisée de la grossesse adolescente. Quand vous fâchez les extrémistes de tous bords, vous pouvez être à peu près sûr que vous avez touché juste.

Cut Chemist fait un caméo dans le rôle du prof de chimie. Joli clin d'oeil.

Du même réalisateur, je conseille d'ailleurs l'excellent Thank You For Smoking. Et je compte me procurrer sans tarder son dernier film, Up in the Air.

6 commentaires:

Calenwen a dit…

J'ai de très bons souvenirs de ce film, faudra que je le revoie un jour quand même. C'était drôle, émouvant, et j'ai trouvé le ton très juste (comme tu dis ça n'a rien d'une vision romantique de la grossesse adolescente, elle abandonne son gamin quand même au final !)

Cachou a dit…

J'aime beaucoup ce film, principalement parce que je me retrouve dans Juno (non, je n'ai pas été enceinte à 16 ans)(par contre, j'étais plutôt nerd dans son genre, avec discours qui n'en finissent plus et références innombrables à des films d'horreur ou gore - même si je n'ai découvert les plus étranges que récemment). Plus je revois ce film, plus je m'y attache. J'ai dû en parler quelque part sur le blog, mais depuis, il est déjà repassé 2-3 fois dans mon lecteur, pour mon plus grand plaisir, donc mon billet et ses impressions doivent dater je suppose (quoique, des fois, je me surprends en me relisant)(bon, va falloir que je recherche ça).

As-tu déjà vu "Hard Candy" avec Miss Page? Très perturbant.
"Thank You For Smoking" est Grand. "Up in the air" n'est pas mal non plus, très doux-amer, mais un peu moins marquant que les deux précédents films du monsieur.

Oh, et la B.O. Pourquoi ne pas parler de la magnifique B.O.? ^_^

Maëlig a dit…

Pas encore vu Hard Candy, mais c'est au programme! La B.O. est très jolie et colle parfaitement avec le ton du film, mais ça n'est pas trop le genre de truc que j'écouterais tout seul.

Cachou a dit…

Moi bien, il y a des chansons où on a plein de mots en bouche et quand on écoute ce qu'on raconte, on se marre. (exemple: http://www.youtube.com/watch?v=tvkBSDeRRpw)(ou encore plus celle-ci: http://www.youtube.com/watch?v=vOp4nxlbb1w&feature=related) C'est rare que je me rigole en écoutant des chansons, du coup cette B.O. m'a très agréablement surprise. Sans oublier quelques jolis "classic-rocks" dedans ^_^.

Lord Orkan Von Deck a dit…

Le film grâce auquel j'ai découvert Michael Cera et Ellen Page ... une pépite à garder derrière les fagots

Tigger Lilly a dit…

Je suis fan de ce film. Et la BO rhaaa encore plus je crois.

Enregistrer un commentaire