Batman: Mystery of the Batwoman

vendredi 1 avril 2011

Ce film d'animation sorti en direct-to-video en 2003 est lié à la série culte The New Batman Adventures. C'est une sorte de "super épisode", trois fois plus long que les autres. Un peu le Serenity de Firefly, si vous voulez (en moins pro quand même, parce que ça reste du dessin animé pour enfants / ados et que ça n'est pas sortit en salles). Après avoir revu récemment tout Batman TAS et TNBA, et y trouvant à ma grande surprise un intérêt au delà de la simple madeleine de Proust, Batman: Mystery of the Batwoman m'attendait sagement.

Je pense que ce qui me fascine avant tout dans les histoires de super-héros (quelque soit le média), et ce qui repousse peut-être tant d'autres personnes, c'est le côté hyper codifié du genre. Il y a une certaine architecture narrative à respecter, avec la double identité du héros, l'idéalisme qui le caractérise, le badguy qui est souvent quelqu'un que le héros connait dans sa vie "civile", etc. En plus de ça, le fait que les super-héros les plus populaires aient été adaptés par plusieurs auteurs oblige à respecter un nombre inouï d'éléments pour garantir l'unicité et la cohérence de l'ensemble. Et même quand on s'écarte de ces codes (et c'est un peu le but, sinon on tourne vite en rond), il faut le faire de façon intelligente et nuancée. Paradoxalement, toutes ces contraintes, loin de brider l'inventivité des auteurs, l'encourage et la met en valeur. Les super-héros, c'est un peu l'Oulipo des comics, en fait (et par extension, de leurs adaptations).


Bon, c'est bien joli tout ça, mais quel rapport avec la femme chauve-souris? Si j'aborde la question des codes, c'est bien sûr que le film dont il est question joue avec. Je dois rester le plus vague possible pour ne pas vous révéler le twist, mais disons juste qu'il fonctionne, malgré la simplicité de l'histoire. Oh ne vous attendez pas à un truc qui va vous retourner le cerveau (après tout il faut le prendre pour ce qu'il est : un dessin animé à rallonge), mais le film joue habilement avec nos attentes et nous mène à plusieurs reprises sur des fausses pistes. Passé le twist en question c'est beaucoup plus classique et on s'ennuie un peu en attendant la fin qui coule de source. Petit bémol également pour l'apparition éclair de Bane, qui est ici cantonné au rôle du gros paquet de muscles, un peu dommage quand on connait la profondeur du personnage. Il serait temps que les auteurs / réalisateurs comprennent qu'on n'a pas besoin de nous ressortir toute la clique des méchants à chaque adaptation (et c'est aussi valable pour les plus grosses productions, notamment cinématographiques) (ceci dit ça n'est pas tous les jours qu'on voit un Batman sans le Joker, donc je suis un peu mauvaise langue).

Côté graphique, ça reprend l'esthétique des personnages de TNBA (à noter que celle de Rupert Thorne a été créée spécialement pour l'occasion), que je considère personnellement comme une régression par rapport à celle de Batman TAS, mais c'est une question de goût je suppose. Le costume de Batwoman avec ses touches de rose fait un peu ridicule je trouve, mais rien de très grave. Pour le casting par contre que du bon, on retrouve dans la VO les excellentes voix du dessin animé, sauf pour Le Pingouin, Bane, et évidemment les nouveaux personnages, dont Batwoman.

Au final, même s'il souffre de la comparaison inévitable avec les majestueux Mask of the Phantasm et Subzero (tirés de la série Batman TAS), Mystery of the Batwoman reste un bon film, à voir de préférence après la série TNBA.

2 commentaires:

Calenwen a dit…

Je suis une grande fan de Batman TAS (j'ai du à peu près tous les voir), mais je n'ai aucun souvenir de ce film là, il devait vraiment pas être marquant xD

Maëlig a dit…

Ca n'est pas le plus marquant effectivement, mais il est loin d'être mauvais!

Enregistrer un commentaire